You are currently viewing Osez dire non
comment oser dire non

Osez dire non

Bonjour à vous.

Je  suis Nathalie Mougel et je suis coach en changement de vie ( lien vers site : https://bit.ly/2Q2hKix)

Je suis ravie de pouvoir échanger ici avec vous, grâce à Marie-Paule.

Et nous allons nous pencher sur un épineux problème : comment oser dire non ?

Combien de fois avez-vous vécu cette situation ?

Quelqu’un vous demande quelque chose que vous n’avez pas vraiment envie de faire.

Et pourtant, avant même d’avoir pris le temps d’y réfléchir, vous avez déjà dit oui !

Un collègue arrive avec un dossier de 10cm d’épaisseur, et vous dit :

« J’ai trop de boulot. Tu peux me rendre un service et me classer le contenu de ce dossier ? »

Mais… euh… vous aussi vous avez du travail en fait. Sauf que voilà. Vous ne savez pas comment refuser et vous dites oui.

Et ensuite, pendant les 45 minutes que vous passez à mettre de l’ordre dans son dossier vous pestez contre vous-même et cette vilaine habitude que vous avez de toujours dire oui.

Votre conjoint rentre à la maison le vendredi soir et vous annonce :

« J’ai eu ma mère au téléphone aujourd’hui. Elle n’a pas trop le moral donc je l’ai invité à déjeuner dimanche. »

Euh… c’est que pour dimanche vous aviez prévu une surprise en amoureux. Mais bon.

Vous vous entendez répondre :

« OK. Je ferai l’épaule d’agneau aux haricots qu’elle aime bien ».

Le dimanche, pendant tout le repas, vous repensez à votre surprise avortée et vous vous maudissez de toujours faire passer les autres avant vous.

et les exemples sont légion.

Parfois c’est une petite demande, qui ne vient pas bouleverser votre vie.

Mais d’autres fois, c’est une demande qui vous impacte vraiment.

Et pourtant vous ne parvenez pas plus à dire non !

A la fin de cet article je vais donner ma méthode pour bien dire non

Mais d’abord, essayons de comprendre pourquoi c’est si difficile de dire et qu’est-ce qui pourrait un « bon non ».

Alors pourquoi répondre « oui » alors que vous pensez « non » ? Pourquoi est-ce souvent si difficile de dire « non » ?

POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE DIRE NON ?


pourquoi est ce si difficile de dire non

pourquoi est ce si difficile de dire non


Les raisons peuvent varier selon le contexte de la demande.

💨 Vous pouvez tout d’abord vous trouvez soumise à la pression d’un groupe.

C’est souvent le cas dans les soirées par exemple.

Ainsi, alors que vous avez arrêté de fumer depuis quelques mois, vous retombez parce que dans cette soirée tout le monde fume et que donc vous cédez à une de vos faiblesses.

💨 Dans les relations de travail plusieurs raisons peuvent expliquer que vous ayez du mal à dire « non ».

Vous avez peur de vexer votre chef et de le mettre contre vous si vous n’accédez pas à toutes ses demandes.

Vous pouvez avoir aussi peur qu’on vous critique.

Cette peur-là est facile à démonter car ceux qui veulent vous critiquer trouveront toujours une raison de le faire, que vous ayez dit « non » ou « oui ».

💨 Dans les relations avec les proches, ces raisons tournent globalement autour de l’idée que vous ne voulez pas décevoir ou faire de la peine à quelqu’un qui compte pour vous.

Vous voulez éviter les conflits.

Vous ne voulez pas être celle qui vient rompre l’harmonie.

Le problème c’est que, en cédant à toutes les demandes, vous risquez de ne plus arriver à savoir ce qui relève de vos désirs propres ou de ceux des autres.

Vous vous dissolvez dans les désirs des autres, même de ceux que vous aimez et vous vous perdez.

COMMENT DIRE NON

Alors la question est d’importance : comment oser dire non ?

Petite mise au point avant de vraiment entrer dans le vif du sujet : nous allons nous pencher ensemble sur la bonne façon de dire « non » à une demande qui risque d’avoir un impact sur votre vie.

Il n’est pas question ici de réfléchir à comment dire non à votre collègue qui veut vous offrir un café ou à votre enfant qui veut une 2ème part de tarte.

Par contre lorsque votre collègue a l’habitude de vous donner ses dossiers à classer parce que cette tâche l’ennui, ou lorsque votre conjoint vous impose sa mère tous les dimanches… là vous devez trouver une façon de dire non sans que cela vienne mettre vos relations de travail ou votre couple en danger.

     Ne pas réagir de façon impulsive.

La première chose à faire pour avoir vous donner une chance de pouvoir dire non, est de ne pas réagir de façon impulsive.

Ainsi, lorsqu’un demande ne vous convient pas, éviter de répondre tout de suite et donnez-vous du temps.

Ce répit va vous permettre de prendre du recul pour réfléchir.

Evitez également de vous mettre en colère lorsque la demande vous déplait ou que la même personne vous fait la demande de trop.

En effet, c’est peut-être aussi votre faute si elle se permet cette énième demande.

Si vous aviez su dire non plus tôt, vous ne vous retrouveriez pas excédé par cette demande.

Donc, retenez la réponse brutale qui vous brûle les lèvres «(« Pas question ! ») ou la réplique assassine qui mettrait l’autre en cause en lui renvoyant à la face ses erreurs ou ses défauts.

      Non négatif ou non positif ? 

Prendre votre temps pour réfléchir avant d’être au « pied du mur » afin de dire un vrai non.

Il y a en effet 2 sortes de « non »

  • le « non » ordinaire c’est un « non » négatif.
  • Cela parait redondant, je sais.
  • En fait cela veut dire que parfois, non seulement vous dites non à la demande particulière qui vous a été fait, mais en plus la façon dont vous le formulez fait ressentir à l’autre que vous lui dites non à lui, et le laisse dans l’incompréhension et le rejet.
  • Et ce n’est pas une bonne solution.
  • Le « non » efficace est un « non » positif dans ce sens qu’il va ménager à la fois vos intérêts et la susceptibilité de l’autre.
  • Vous ne le refusez en tant que personne, vous dites juste « non » à une demande qu’il a faite et qui ne vous convient pas, et il le comprend.
  • Il ne se sent donc pas rejeté.
  • CE « non »-là n’est pas un « non » qui tranche comme une épée, c’est un bouclier.

LES 3 ETAPES D’UN « BON NON » 

Pour être efficace, votre « non » doit se faire en 3 temps

  • Vous commencez par vous dire « oui » à vous-même
  • Vous énoncez ensuite clairement votre refus
  • Vous faites une proposition alternative qui va respecter les intérêts de chacun.

       1 - Commencer par se dire oui à soi.


un bon non commence par se dire oui à soi

un bon non commence par se dire oui à soi


Donc un bon « non » commence forcément par un « oui ».

Ce « oui » vous le dites à vous-même dans ce sens que vous commencez par vous recentrez sur vos besoins fondamentaux, vos valeurs personnelles.

Pour cela vous devez prendre le temps de la réflexion et donc répondre d’abord que vous allez réfléchir à la demande qui vous est faite.

Pendant ce temps de répit vous devez vous posez un certain nombre de questions afin de mieux comprendre les vraies raisons qui pourraient vous pousser à dire « non » :

  • Qui voulez-vous protéger ?
  • Voulez-vous dire non dans votre intérêts ou dans celui de votre famille ou de votre couple par exemple…
  • Quels sont vos intérêts, vos besoins, vos valeurs qui sont mis en cause par cette demande ?
  • S’agit-il de quelque chose qui est réellement important pour vous, qui fait partie de votre personnalité profonde, de votre vision des rapports avec les autres, de vos envies pour votre vie à vous.
  • Votre désir de dire « non » est-elle le reflet d’un volonté de changement plus profond dans votre vie ?
  • Votre travail ne vous plait plus en fait, ou vous voulez modifier les relations à l’intérieur de votre couple et la façon dont vous vivez avec votre conjoint…
  • Vos raisons sont-elles financières, morales ou familiales ?
  • Vous avez peut-être l’impression que vous n’êtes pas reconnue et rémunérée comme vous le méritez, ou vous pensez que dans un couple il faut des moments d’intimité, rien qu’à 2.

      2 – Bien formuler son Refus. 

Lorsque vous avez fait le tour de ces raisons qui vous poussent à vouloir dire « non », essayez de les formuler le plus simplement possible, dans une phrase courte, explicite et qui parle fort.

« Je ne vais pas classer ton dossier cette fois car j’ai du travail et je n’aurai pas le temps de le faire correctement. Cela ne te rendrait donc pas service »

« Je ne souhaite pas que ta mère vienne manger dimanche midi. J’avais prévu une surprise pour toi et moi, en amoureux. Il y a longtemps que nous ne nous sommes pas retrouver juste toi et moi, et je pense que ce serait bon pour nous. »

Je sais, en disant cela, vous risquez de provoquer chez l’autre un sentiment de rejet…

Pour atténuer cette impression de rejet chez celui à qui vous avez dit « non », il n’y a guère que le respect.

Et ce respect, vous allez pouvoir lui prouver dans la façon dont vous gérer le moment du refus.

La première chose à faire, avant de prononcer le fatidique « non », est d’écouter l’autre et de la laisser exprimer ses arguments.

Laisser-le vous dire pour quoi il voudrait que sa mère vienne manger dimanche.

Vous pouvez ce faisant lui demander des nouvelles plus précises de sa mère.

Faites preuve d’empathie.

Et lorsque votre tour de parler vient, commencez par dire l’estime que vous avez pour lui.

Dites-lui par exemple que vous trouvez cela chouette qu’il soit si attentionné envers sa maman.

D’une façon plus générale, essayez de commencer avec une note positive, plutôt que de trancher tout de suite dans le vif.

Puis vient le moment précis où vous allez devoir dire « non ».

C’est le moment où vous êtes le plus vulnérable.

Si votre «non » n’est pas assez solide, vous risquez de céder face à une réaction forte comme une pression exercée sur vous pour changer d’avis, qui peut aller jusqu’au chantage en passant par les attaques personnelles.

  • Pour dire « non » à une personne dont vous n’êtes pas vraiment proche, le mieux et de dire votre refus de façon nette, en ayant soin d’avoir un ton de voix déterminé.
  • Mais évitez d’avoir l’air agressif.
  • Ne passez pas trop de temps à vous justifier, voire même ne vous justifiez pas.
  • N’émettez surtout pas de regrets.
  • En commençant un refus par « désolée… » vous donnez à l’autre l’impression que s’il insiste vous pourriez changer d’avis.
  • Avec une personne proche de vous il faut prendre plus de gants.
  • Vous pouvez exprimer l’émotions qui vous a fait hésiter, comme la peur de la blesser.
  • Il vous faut ensuite donner un minimum d’explications… sans vous étalez pendant des heures.
  • En effet, trop de justifications tuent le « non » et pourraient donner la sensation que vous vous sentez coupable.

        3 – Proposer une solution. 

Vous devez bien lui faire comprendre que votre décision est définitive et que vous ne changerez pas d’avis.

Mais en contrepartie, il peut être intéressant de proposer autre chose, une solution qui permettrait de ménager vos intérêts et les siens.

C’est aussi l’offre d’une retraite acceptable pour celui qui vient d’essuyer un refus et qui peut se sentir humilié.

Vous allez ainsi lui permettre de sauver la face.

Vous prouvez aussi ce faisant votre bonne volonté et votre envie de ne pas mettre ne danger votre relation.

MA METHODE EFES – POUR BIEN DIRE NON 

La meilleure technique pour expliquer son refus est la technique EFES

  • E =Empathie. Commencez par faire preuve d’empathie et d’écoute envers l’autre en le laissant exposer sa demande et ne lui montrant que vous comprenez pourquoi il vous la fait.
  • F = vous commencez par décrire les faits. Cela permet d’avoir des explications le plus neutres possibles et de ne pas mettre trop de pathos dans votre refus
  • E = exprimer ensuite seulement vos émotions
  • S = solution que vous apportez afin de ne pas finir avec le « non ».

Ne perdez pas de vue que, pour une demande importante, recevoir un refus peut se traduire pour l’autre par le nécessite de faire le deuil de ce qu’il souhaitait.

Il va donc passer par les même étapes que sont le déni, la colère ou la tristesse, avant l’acceptation.

Recevoir une demande et vouloir répondre non, c’est un peu comme une négociation.

Il peut donc être habile d’avoir une autre solution à apporter qui viendrait contenter tout le monde.

la méthode efes de nathalie mouger pour bien dire non

la méthode efes de nathalie mouger pour bien dire non

Cela est d’autant plus nécessaire que la demande est importante et que l’autre a du mal à comprendre les raisons de votre refus.

Pour que l’autre vous écoute, vous allez donc mettre une offre sur la table.

Ce plan B va être une solution alternative qui va vous permettre de formuler d’abord un refus ferme, et ensuite de vous éviter d’avoir à faire des concessions que vous ne voulez pas non plus.

Cela doit donc être une solution qui peut convenir à vous deux et qui est réaliste.

Ne promettez pas la lune car cela ne ferait que déplacer le problème.

Votre proposition ne doit pas donner de faux espoirs et doit être compatible avec ce que vous voulez vraiment.

Il faut donc réussir à trouver un équilibre délicat entre le respect de vous-mêmes et de vos valeurs d’un côté, et le respect de l’autre.

Donc si je reprends mon exemple de la demande d’inviter la belle-mère pour le dimanche midi, cela pourrait donner la réponse suivante.

Empathie/Ecoute

Faits

Emotions

Solution

« Tu sais que j’aime beaucoup ta maman, et je trouve que c’est une de tes grandes qualités d’être attentif à son bien-être. Je comprends que tu aies envie de la soutenir si elle ne va pas bien.

Ta maman et nos parents en général viennent régulièrement ici. Et il se trouve que j’ai déjà prévu quelque chose pour dimanche midi. Je voulais te faire une surprise. Les moments où nous ne sommes que toi et moi sont assez rares entre les enfants et nos parents.

Je ne veux pas rater cette occasion. Je serais très déçue de ne pas passer un super moment à 2 car j’en ai très envie…

Tu peux dire à ta mère qu’elle peut venir mardi soir. Moi je ne travaille pas l’après-midi. Je lui ferai la quiche qu’elle aime. »

En fait, dire non correctement c’est essentiellement une question de respect… respect de soi et respect de l’autre.

Alors je sais que cela n’est pas aussi facile et que pour y arriver il vous faudra essayer plusieurs fois, et peut-être échouer

C’est un peu comme tout… on apprend, on s’exerce… et un jour on réalise qu’on a vraiment dit non, pour quelque chose qui nous tenait à cœur.

Et ce jour-là, on est contente d’avoir mis en premier nos propres besoins.

savoir dire non

savoir dire non

En attendant, vous pouvez lire d’autres articles sur mon site (lien vers site : https://www.nathaliemougelcoaching.com/blog-heureux-demain)

Nathalie Mougel

Laisser un commentaire